14. mai, 2022

Le soufre : meilleurs ennemi du vigneron !

Le soufre est un fongicide naturel très efficace, pour peu qu'il soit employé dans des conditions compatibles avec son mode d'action plutôt atypique !

Mode d'action
Car le soufre est un original. Nul besoin qu'il soit directement pulvérisé sur les champignons responsables des maladies pour les détruire.
Son mode d'action est plus subtil : une fois pulvérisé sur les végétaux, le soufre se transforme en vapeurs chargées de particules soufrées qui enveloppent littéralement les végétaux. Ces particules de soufre sont absorbées par les champignons responsables des maladies, comme l'oïdium, et provoquent leur destruction.
Ce phénomène d'évaporation s'appelle la sublimation. Il ne se déclenche qu'à la faveur d'une température élevée et d'une luminosité maximale. En effet, sous l'effet de la lumière du soleil, le soufre dégage 5 fois plus de vapeurs que par temps couvert et surtout, la sublimation ne s'active qu'à partir de 18°C, avec des conditions optimales entre 23°C et 25°C.
La nature étant bien faite, cette température d'efficacité du soufre correspond exactement à la température d'activation de l'oïdium qui apparaît entre 16°C et 28°C avec un risque maximal à … 23°C.

L'oïdium : biologie et contrôle
Les premières attaques apparaissent sur les feuilles les plus anciennes et sur les végétaux fragilisés par la sécheresse, on peut repérer des taches grisâtres ou sur certains cépages comme le carignan une présence plus importante qui forme des "drapeaux".
L'arrivée du champignon est lié à la pression de l'année N-1 et aux températures les plus froides enregistrées pendant l'hiver (si la pression a été faible en N-1 et l'hiver très froid, il apparaitra plus tard vers la fin de mois de mai et inversément).
Des traitements préventifs devront alors être privilégiés.
Une fois pulvérisé, le soufre à une durée de vie de 8 jours maximum, mais 10 à 15mm de pluie inhibe son action.
En cas de forte attaque, il sera donc utile de renouveler les traitements toutes les semaines jusqu'à disparition du risque de la maladie.
La pluie disperse le mycélium, mais paradoxalement ce champignon ne peut pas se développer dans l'eau, les contaminations ont lieu dans la matinée, du levé du jour jusqu'à 10h00 AM environ, quand la plante est encore en protéolyse. La pression de l'oïdium sera amplifiée si la plante reste à l'ombre plus longtemps le matin ou si une ombre portée s'installe tôt en fin d'après-midi sur le végétal. Si les feuilles sont mouillées en fin de nuit et le matin au levé du jour, il sera très difficile pour l'oïdium de s'installer sur la vigne.
Mais si l'oïdium aime la chaleur, il ne supporte pas les forts rayonnements UV, l'exposition de grappes attaquées au soleil, inhibe sont développement.
Attention toutefois, appliquez le soufre tôt le matin si la journée s'annonce chaude car au-delà de 25°C, le soufre peut causer des brûlures sur les plantes traitées.

Effets secondaires du soufre
Le soufre peut détruire les acariens tels que les araignées rouges, jaunes, acariose et érinose et il est un puissant répulsif contre les punaises et les fourmis. Par contre il n'est pas insecticide, dans son mode d'action sur acariens il s'attaque au tube digestif et dégrade les organes de reproduction.
C'est aussi un élément nutritif des plantes important dans le métabolisme de l'azote et de la production des protéines et des précurseurs d'arômes dans les baies. C'est un fongicide qui nourrit la plante et qui participe à une meilleure protéosynthèse en réduisant la quantité l'amino-acides libres dans les tissus végétaux... Il participe donc aussi à une meilleure résistance de la plante vis à vis de l'ensemble des bio-agresseurs en général.

Applications
Enfin, préférez le soufre liquide ou en poudre mouillable au soufre en poudre (poudrage) pour ne pas risquer de respirer des poussières irritantes pendant la préparation/application et, sauf cas particuliers, cela évitera d'enfumer les zones sauvages jusqu'à 100m de la vigne, donc les abeilles et les autres écosystèmes environnants. Il existe aussi des traitements de substitution, très efficaces, qui permettent de réduire considérablement les doses de soufre, ce sera l'objet d'un autre article.